Les goûts de Tokyo, de Harukiya Seiko

 

de l'Art contemporain? 

L'oursin en boîte.

Que ce soit dans la forme ou dans le dégradé de couleur, c'est si parfait qu'on dirait une oeuvre d'art.

En haut, l'oursin en provenance d'Aomori et en bas de Hokkaido.

Au marché de Toyosu, Tokyo.

 

 

 

Onishime

De l'igname roulé dans du nori, du kôya-dofu ou tofu lyophilisé cuit au bouillon,

du salsifis japonais au sésame et du kabocha cuit.

Sans une seule goutte de dashi, les légumes sont préparés avec seulement de l'eau, du sel et un petit peu de sucre.

Une technique extrême qui magnifie la saveur propre du produit.

Cuisine Shôjin végétarienne au temple Ama-dera, Koganei, Tokyo.

 

 

 

Soupe fleurissante 

Un bouillon de kombu、en y faisant flotter un bourgeon de fleur de prunier, le bourgeon fleurit.

La soupe prend la saveur de kombu et de prune.

Cuisine Shôjin végétarienne au temple Ama-dera, Koganei, Tokyo.

 

 

 

L'art de la viande

Les lignes exquises du persillé du wagyu semblent presque décoratives. 

Encore aujourd'hui, on le tranche à la main avec une technique très artisanale. 

Coupée à la main, la viande offre une texture et une saveur absolument unique.

Restaurant historique de sukiyaki à Nihonbashi, Tokyo.

 

 

 

Un tempura pas commun.

Ceci est un tempura d'antennes de langoustines. Les antennes sont assemblées puis frittes.

Les antennes ont aussi la saveur du crustacé. 

Ozashiki Tempura à Kaguzaraka, Tokyo

 

 

 

Une chaise?

On pourrait penser à un tabouret de bain japonais.

Il s'agit en fait du tabouret sur lequel s'assoit le chef propriétaire de Ozashiki Tempura,

lorsqu'il fait ses fritures.

 

 

La star du thon.

La star japonaise du thon est le thon de Ôma, dans la prefecture de Aomori.

Son prix est bien sûr à la hauteur de sa réputation. 

Restaurant de sushi à Ômori-Kaigan, Tokyo.

 

 

 

Les couteaux.

Des couteaux usés, mais soignés d'un chef sushi.

Une beauté propre aux outils journaliers d'un bon artisan.

Restaurant de sushi à Ômori-Kaigan, Tokyo.

 

 

Le sushi éventail.

Le sushi éventail connait un certain succès dans le quartier des plaisirs de Ômori-Kaigan.

Un sushi mélangé présenté en forme d'éventail, sur lequel est dressé du sashimi,

un met souvent servi auprès des Geisha.

On déguste d'abord les sashimi avec du saké, puis on fini par le riz. 

Un plaisir propre aux traditions de ce quartier.

 

 

 

Maguro Samurai.

Un grossiste de thon haut de gamme au marché de Tsukiji.

La longueur de sa lame mesure presque 170cm!

A présent sur le nouvel emplacement de Toyosu, son duel avec le thon continue..

 

 

 

Les anguilles du quartier des affaires.   

Nous sommes à Shinbashi, en plein milieu du quartier des affaires chez un grossiste d'anguille.

Les bacs sont remplis d'anguilles, l'eau est puisée d'une nappe sous-terraine. 

 

 

Anguille façon Gama-no-ho.   

L'anguille est coupé en tronçon, salé puis grillé sur une brochette.

 L'ancêtre du kaba-yaki, c'est surement comme ça que l'on préparait l'anguille dans le temps.

Restaurant d'anguille, Nihonbashi, Tokyo.