Ramen Oasis

Derrière le noren...

Lorsqu’on passe sous les norens rouges, suspendus à l’entrée du Dauphin, on entre dans un autre monde. Sur le comptoir en marbre de Rem Koolhaas, rayonne l’eau aromatique du jour, perchée comme un soleil. Et quand elle nous est servie sous son petit parasol, on est déjà parti bien loin quelque part dans l’Asie Pacifique...
Inaki Aizpitarte avait toujours voulu faire un jour une cantine de ramen, cette soupe aux nouilles connue mondialement comme street food japonais. Et c’est en collaborant avec Ippudo, le géant du tonkotsu-ramen, qui a deux établissements à Paris, qu’Inaki a pu concrétiser son idée hédonique.

Des nouilles inédites, par Inaki et Ippudo

A la carte, il y a des petits grignotages, friture croustillante de fromage et tapioca (pour remplacer les gyozas) ou des crudités pour se rafraichir avant d’attaquer les soupes. Celles-ci, déclinées en 3 variétés, bœuf, porc et pesto, ont toutes des nouilles différentes pour accompagner des bouillons aux arômes distincts.
Pour le porc, les nouilles au pimenton, fines et droites, s’accordent très bien au bouillon savoureux au chorizo, sans trop absorber la soupe. Alors que les nouilles ondulées du ramen au bœuf sont épaisses et tendres, et attrapent bien le bouillon très clair. Dans la vaisselle assortie en argenterie coréenne, les délicieuse boulettes de porc aux noisettes ou les tranches de bœuf généreuses aux cacahuètes, dans leur soupe respective, s’agrémentent selon son envie de coriandre, de menthe et de basilic frais, de pousses de soja, un peu de chili et de citron vert (tout ça servit sur une assiette à part). Toute cette saveur vous emporte, certes pas au Japon exactement, mais aussi loin.
En pleine semaine, on se croirait en vacances le temps d’un déjeuner, envolé vers une oasis exotique sur un bol de ramen.

Le Dauphin, du mercredi au samedi, à midi seulement.
http://restaurantledauphin.net